Exposition Tableau variable

L’exposition Tableau Variable comprend dix-huit tableaux (voir ci-dessous) entourant la projection du Tableau Variable réalisés par Pierre Clément et exposés à la Galerie Oblique en 2012.

Le Tableau Variable de Pierre Clément est à la fois une méthode et un objet en constante métamorphose.

« … Pierre Clément travaille sans relâche dans son atelier, avec une seule idée en tête : concevoir une œuvre évolutive qui soit le reflet de ses mondes oniriques. Il trouve dans l’usage de l’informatique un vecteur formidable qui lui permet de décupler les possibilités offertes par le crayon, tout en lui offrant la possibilité de créer une œuvre en constante mutation. Suivant une démarche scientifique et totalement empirique, il met en situation les mouvements et les déplacements de ses animaux de papiers à travers des décors ouvragés… » extrait dossier de presse, Marina David

« Projeté en grand format, le Tableau Variable nous plonge dans l’état paradoxal, flottant et attentif du rêveur éveillé. »

 

 

© Photo Anthony Picoré – Le Républicain Lorrain

La progression du Tableau et des histoires est entièrement construite sur la musique qui donne le temps et le rythme de cette évolution.

Le premier Tableau Variable (ci-dessous) est un triptyque dont le cycle complet dure 12’09.

Extrait 5’44

Réalisation : Pierre Clément – Format HD – Durée totale 12’09 (à voir ICI)

Musique extraits : Tiziri, Kouaté-Neermann – Mother’s Love, Tségué-Maryam Guebrou – Rhapsodie espagnole, Maurice Ravel, Recomposed by Carl Craig et Moritz von Oswald – Le Sacre du Printemps, Igor Stravinsky, direction Pierre Boulez et The Cleveland Orchestra.

Le Tableau Variable a été projeté au Muséum Aquarium de Nancy, aux Journées de l’Architecture et au MAMCS de Strasbourg, à la Kunsthalle de Mulhouse. Le Tableau Variable entouré de tableaux fixes a été exposé à la Galerie Oblique en 2012. Chaque pièce est unique et imprimée sur Dibond digital.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Triptyques (3 panneaux) : H 96 x L 210 cm x 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quatre petits triptyques (1 panneau) H 70 x L 144 cm x 4 panneaux

 

 

 

 

 

 

 

Grand carré rouge – 120 cm

9 carrés – 47 cm (8 rouge – 1 bleu)

 

 

 

 

 

frise horizontale – H 24 x L 120 cm

Extraits presse

Un autre monde est possible / Tewfik Hakem 29 octobre 2012

Une Histoire de peintures Daniel Arasse / Exposition Tableau Variable (lien)

Art numérique ce matin dans l’émission avec l’exposition « Tableau Variable » de l’architecte et dessinateur Pierre Clément qui nous explique la matière et l’objet de ses créations, fruits de six années d’expérimentations… interview deuxième partie à partir de la 19ème minute.

Le Parisien 31 octobre 2012

Véritable arrêt sur image, chaque tirage unique dévoile, par ses ruptures d’échelle, ce qui se cache dans le Tableau Variable apportant ainsi un éclairage inédit à l’oeuvre de Pierre Clément.

 L’Est Républicain 24 mai 2012 – Lysiane Ganousse

Exposition Le Muséum aquarium invite à une téléportation dans le monde virtuel de Pierre Clément…(lien)  avec Jiminy Cricket intégré, et Pluto coulé dans l’or… Les toons s’invitent au Musée…

… C’est à lui qu’on doit le pelage luisant, et même lumineux de cette panthère qui s’inscrit soudain dans le décor. Ou plutôt dans les décors… Car sur l’écran déployé au mur du Muséum-Aquarium, tel un tableau évolutif, les décors semblent se succéder à l’infini. En fait, il en existe aujourd’hui 200, réalisés sur une même perspective, qui se combinent en triptyques. Le fruit de calculs et d’une mécanique un peu austère à la pensée du néophyte, mais peu importe la petite recette interne, seul compte le résultat. En l’occurrence un musée…

Le Républicain Lorrain 17 mai 2012 – Julien Béneteau

Un Mickey dans le domaine public (lien)

Le dessinateur Pierre Clément s’inquiète du devenir des êtres imaginaires. Son travail est exposé au muséum d’histoire naturelle.

…« Tout est dessiné à la main, à l’échelle, avant d’être scanné, prévient l’auteur. J’ai des centaines de dessins qui peuvent se combiner. Tel élément se trouve à un endroit, il n’en bougera pas. Mais je vérifie qu’il peut apparaître dans le décor, s’il n’est pas caché, ou s’il n’y a que son reflet. »… Pierre Clément : « La traversée de la place Stanislas m’a frappé et a influé sur mon dessin ». Photo Anthony Picoré (voir ci-dessus)

L’Alsace 3 juin 2012 et 22 décembre 2011 – Geneviève Daune-Anglard

Art numérique – Art Le monde imaginaire de Pierre Clément

Pierre Clément élabore des successions d’images habitées par des personnages qui vont et qui viennent dans le décor selon une logique interne somme toute assez mystérieuse.

Tableau variable est une des déclinaisons des mondes imaginaires de Pierre Clément ou « Migrations ». Peuplé d’animaux et de personnages de dessins animés, c’est un tableau « évolutif où rien n’est écrit à l’avance et qui se construit au fur et à mesure… Pour son installation, l’artiste a conçu un triptyque sur écran de 4 mètres sur 2, composé de l’assemblage de six portions de décors avec des personnage fixés dedans. Dans son ordinateur, pour chaque 6e d’écran, il a conçu différents décors, tous construits sur la même grille de perspective…

Forma es vacio, vacio es forma 11 novembre 2012 – JL Coral

Pierre Clément Tralalajahal (lien)
… Las Tablas Variables Pierre Clément son imágenes animadas emitidas en una o varias pantallas. Las tablas no tienen principio ni fin. Se convierten en bucle. La variable es un tríptico que en la actualidad tiene una duración de ciclo 12’09. Cada Tabla continuamente explora un mundo imaginario hecho de la geometría y la arquitectura en constante metamorfosis. Los seres reales o imaginarios que lo habitan son animales. Progresión de la tabla y las historias se basa enteramente en la música que da el tiempo y el ritmo del cambio…

Pierre Clement tiene la mirada limpia de un niño cuando está jugando completamente absorto y disfrutando de ese espacio infantil que muchos de nosotros hemos tenido la suerte de conocer, vivirlo y que jamás tendriamos que perder. Una imaginación gráficamente desbordante hace de su universo un lugar donde a uno le apetece perderse, explorar y descubrir esos misteriosos espacios habitados por seres fantasticos pero cercanos a nuestra infancia. Su estilización de la forma y la linea es pulida y personal, no hay profundos recovecos psicológicos, es el puro placer del juego por el juego, diseñando y creando.